Foires

 

A Bruxelles, en février, se tient la foire du livre... Cette année encore, Armel Job (un écrivain du sud de la Belgique) qui a déjà publié de nombreux romans, y présentait son dernier-né (que je dévorerai comme tous les autres tant j'apprécie son écriture et son humour).

Dernièrement, sur le journal régional, il racontait en quelques mots l'ambiance de cette foire. « Les auteurs connus sont assaillis par une foule de gens en quête d'une dédicace, pressés d'acquérir le dernier volume... D'autres, les petits nouveaux, s'ennuient, seuls, à côté de leur pile de livres et ne voient pas grand monde s'intéresser à leur œuvre. Si par hasard, une personne s'approche, c'est pour demander « vous pouvez me dire où se trouvent les toilettes » ?

 

A Libramont, en été, lors du week-end de la foire agricole, jadis appelée « le concours du cheval de trait ardennais », plus de cent mille personnes parcourent les allées des différents stands. Avec mes parents, quand j'étais petite, nous la visitions, quels magnifiques souvenirs ! Concours hippiques, engins agricoles, tracteurs, vaches, cochons, moutons et autres animaux de la ferme occupent quelques hectares de prairies.

A l'extérieur, la fête foraine bat son plein... Chevaux de bois, avions, grande roue et autres manèges à sensations fortes attirent surtout les jeunes ados, les enfants... et mes petits-enfants.

 

Ça me rappelle la foire du midi il y a bien longtemps... Quel brouhaha !Toute jeune épouse (vingt ans), en rentrant du voyage de noces, nous avions découvert la femme la plus grosse du monde, une autre couchée dans un aquarium rempli de serpents soi-disant venimeux... Quand j'y repense, je ressens une drôle de sensation, j'arrivais de la campagne, étais-je heureuse de m'installer dans cet appartement au quatrième étage en plein cœur de la ville ? Maintenant, je connais la réponse...